Le songe d’une nuit d’été

Distribution :

Hippolyta/Titania                                            Julie Kirsnewaz

Thésée/Obéron                                                Raphaël Greffe

Philostrate/Puck                                              Robert Bachelot

Une Suivante/La Fée                                        Léa Azencot

Egée/Flûte                                                       Thomas Grandmougin

Hermia                                                           May Roger

Démétrius                                                       Karim Merabet

 

Lysandre                                                         Jérémie Huteau

Héléna                                                            Angélique Boylan

Marmiteux                                                      Amélia Martin

Bottom                                                            Mehdi Khakzad

Meurt-de-Faim                                                Romain Nardelli

Lecoing                                                           Solène Duboc

 

Mise en scène :                                   Angélique Boylan, May Roger 

Régie :                                               Renaud Gillier                                       Sarah Wettler

« Le Songe d’une nuit d’été est la plus érotique des pièces de Shakespeare. » Jan Kott

 

En quittant les marbres rigides du palais d’Athènes, les amants en fuite s’enfoncent toujours plus profondément dans la forêt de leurs désirs, où se déploient et s’affrontent les pulsions. Ils ne garderont de cette nuit de Saint-Jean que des sensations floues, au sortir d’un rêve…

 

Le Songe d’une nuit d’été est une comédie baroque, qui singe l’amour comme le théâtre, « miroir menteur » et moqueur de son double. A tous ceux qui se bercent d’illusions pour leur invraisemblable beauté.

 

 

 

« C’est l’heure où le lion rugit cherchant sa proie, l’heure où le loup hurle à la mort sous la lune, l’heure où le laboureur harassé rejoint sa chaumière, l’heure où le hululement de la chouette rappelle au misérable couché dans son lit que la mort n’est pas loin…

 

C’est l’heure nocturne où les tombes s’ouvrent en grand et libèrent les esprits qui les habitent. Entendez les glisser sur les pavés des cimetières… Et nous, les fées qui fuient la lumière du jour et poursuivent l’obscurité comme un rêve, nous sortons danser en folle sarabande. Aucune souris ne dérangera cette maison par nous bénie. Je m’en vais balayer la poussière de l’ennui sous les portes du rêve. »

 

                                                                             PUCK

 

 

 

 

 

Comments are closed.